L'arbitrage

Pour commencer, voici les règles de base à connaître pour comprendre et apprécier un combat lors d'une compétition.

  • L'aire de combat est une surface de 64 m² (un carré de 8 m × 8 m).
  • Sur l'aire se trouvent uniquement les deux compétiteurs et l'arbitre central. À chaque angle de l'aire se trouve un juge (ce sont eux qui valident les points), et face au public se trouve la table d'arbitrage avec la « scoring machine » (appareil affichant le round, le temps restant, le score et les sanctions) et le ou les superviseur(s).
  • Un point est un coup porté dans une zone autorisée avec une partie du corps autorisée, avec force, précision et impact. Un point ne peut être validé que s'il n'est ni précédé ni suivi d'une faute.
  • Pour marquer un point il faut qu'au moins trois des quatre juges le valident dans un intervalle de deux secondes.
  • L'arbitre central est là pour gérer le combat, c'est-à-dire le temps des rounds, les fautes, les sanctions, et préserver la santé des combattants en prévenant le médecin lors d'un knockout ou d'une blessure.
  • Les fautes les plus courantes sont : pousser son adversaire, retenir son adversaire, tomber volontairement, fuir le combat, refuser le combat, taper sous la ceinture, parler, sortir de l'aire de combat. Toutes ces fautes entraînent le retrait d'un demi-point (avertissement KYONG-GO).
  • Les sanctions sont plus rares mais surviennent néanmoins. Elles comprennent notamment : le coup de poing au visage avec blessure ou intention de blesser, un coup sous la ceinture entraînant une blessure ou avec intention de blesser son adversaire, une insulte. Toutes ces fautes entraînent comme conséquence le retrait d'un point (sanction GAM-JEON).
  • Le compétiteur déclaré vainqueur est celui qui a marqué le plus de points sur les 2 ou 3 rounds (selon les championnats). Un compétiteur perd automatiquement le combat s'il arrive à un total de - 4 points (huit avertissements ou quatre sanctions ou par exemple deux sanctions et quatre avertissements).
  • En cas d'égalité à l'issue du combat, un round supplémentaire a lieu avec la règle du point en or ; le premier des combattants à marquer un point gagne, le premier arrivé à -1 point perd.
  • Si aucun des combattants ne marque de point ou n'arrive pas à -1, c'est la décision des quatre juges et de l'arbitre central qui désigne le vainqueur, il n'y a donc aucune possibilité d'avoir un match nul.
  • Les trois autres possibilités de victoires sont l'abandon de l'adversaire, l'arrêt du combat par décision de l'arbitre central (si, par exemple, il voit que le combattant n'est pas en état de reprendre mais qu'il ne veut pas déclarer forfait) et aussi le knock out qui survient lorsque l'un des combattants reçoit un coup fort autorisé entraînant son incapacité à reprendre le combat en 10 secondes, comme pour le standing down le combattant est compté par l'arbitre, si à 10 il n'a pas fait de kiap (cri), c'est son adversaire qui est déclaré vainqueur sauf en cas de knock out consécutif à un coup interdit (coup de genou, coude, en dessous de la ceinture, etc.).

Toute la réglementation et les informations concernant l'arbitrage sont disponibles sur le site de la fédération. Vous trouverez ici une copie au format pdf du réglement d'arbitrage et du réglement des compétitions.